Identifiant ou mot de passe oublié ?

Professions de santé > Note d'info de l'AFSSAPS

23/06/2011 Actualisation de l'Information sur le site de l'AFSSAPS

L'AFSSAPS communique aux professionnels de santé une nouvelle mise au point des complications liées à l'exposition in utero au DES.
Nous la relayons ci-dessous et vous pouvez également la télécharger depuis notre site.



Entre les années 1948 et 1977, environ 200 000 femmes ont été traitées par DES pendant leur grossesse en France. En tenant compte des avortements et de la mortalité fœtale et néonatale, le nombre d’enfants nés de ces grossesses est estimé à 160 000 (soit 80 000 filles et 80 000 garçons exposés in utero ) et ont aujourd’hui un âge compris entre 33 et 63 ans.

Les problèmes liés à l’exposition in utero au DES restent donc d’actualité et la surveillance doit se poursuivre sur la génération à venir (enfants de parents exposés in utero ) pour évaluer les effets multi-générationnels.

Les résultats d’une enquête récente indiquent que la mémoire se perd et que seule une partie du corps médical connaît précisément les conséquences de l’exposition in utero au D.E.S. C’est pourquoi l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) a décidé d’informer à nouveau les personnes exposées et les professionnels de santé sur les modalités de dépistage et de prise en charge de ces patients.

L'essentiel de la mise au point actualisée en 2011

Les problèmes liés à l’exposition in utero au DES restent d’actualité et la surveillance doit se
poursuivre sur la génération à venir (enfants de parents exposés in utero) pour évaluer les
effets multi-générationnels.

Le rôle des médecins et en particulier des gynécologues et gynéco-obstétriciens est majeur
pour :

- Informer les femmes qui peuvent être concernées soit en raison d’un traitement pendant
leur grossesse soit en raison d’une exposition in utero connue au DES.

- Penser à une exposition in utero :
1. à l’interrogatoire chez toute femme née entre les années 1948 et 1977 avec une notion
d’antécédents maternels de fausse couche ou de difficultés obstétricales,
2. à l’examen clinique devant des lésions caractéristiques du vagin et/ou du col de l’utérus,
3. à l’hystérographie devant des images évocatrices à type d’utérus en T ou
d’hypoplasie utérine.

- Rechercher de façon systématique une exposition au DES in utero dans les situations
cliniques suivantes : bilan de fertilité, grossesse extra-utérine, avortements à répétition
du 1er trimestre ou surtout avortement du 2ème trimestre, accouchement prématuré.

- Diriger la patiente vers un spécialiste ayant l’habitude de ce type de prise en charge et
mettre en place un suivi adapté en cas d’exposition connue ou de suspicion d’exposition
au DES.

- Considérer a priori la grossesse chez une femme qui a été exposée au DES in utero
comme une grossesse à risque.

Le rôle des patientes exposées au DES est crucial pour la transmission aux générations suivantes de leur « mémoire » sur les conditions d’exposition afin de permettre de poursuivre la surveillance et de mettre en place une prise en charge adaptée.

... 2011 Rappel historique

Le diéthylstilbestrol (DES), estrogène de synthèse non stéroïdien a été utilisé en France entre 1948 et 1977, sous les noms de spécialités Distilbène® et Stilboestrol-Borne®, chez les femmes enceintes pour prévenir les avortements spontanés, les hémorragies gravidiques, ainsi que dans d’autres complications de la grossesse telles que la toxémie gravidique et le diabète gestationnel.

C’est aux USA en 1971 que les premiers cas de cancers du vagin chez des jeunes filles qui avaient été exposées in utero au DES ont attiré l’attention. Un des premiers cas français d’adénocarcinome vaginal chez une jeune fille a été publié en 1975. En France, l’indication " avortements spontanés à répétition " a été supprimée en 1976 et la contre-indication d’utilisation chez la femme enceinte a été ajoutée en 1977.

Depuis, d’autres complications génitales et obstétricales de l’exposition in utero au DES ont été observées et ont fait l’objet d’informations successives, notamment par la diffusion de brochures informatives destinées aux professionnels de santé puis au public.
Le diéthylstilbestrol (DES) est actuellement commercialisé sous le nom de Distilbène® mais son
unique indication est le traitement du cancer de la prostate.

... 2011 Contexte actuel

Les problèmes liés à l’exposition in utero au DES restent d’actualité et ce probablement pour plusieurs
années encore. En effet, entre les années 1948 et 1976, environ 200 000 femmes ont été traitées par
DES pendant leur grossesse en France avec un pic de prescription situé de la fin des années 1960 au
début des années 1970. En tenant compte des avortements et de la mortalité fœtale et néonatale, le
nombre d’enfants nés de ces grossesses est estimé à 160 000 (soit 80 000 filles et 80 000 garçons
exposés in utero). Les patients exposés in utero ont donc aujourd’hui un âge compris entre 33 ans et 63 ans, et la surveillance des conséquences de l'exposition au DES devra se prolonger sur plusieurs années encore, notamment sur les enfants de cette population pour évaluer les effets multi- générationnels.

Depuis la diffusion de la 1ère Mise au point, préparée avec la coopération de l’Association Réseau DES France et diffusée par l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) en janvier 2003, de nouvelles données scientifiques sont disponibles.

Par ailleurs, une enquête récente de l'Afssaps auprès des gynécologues a mis en évidence que seule la moitié d’entre eux connaît précisément l’ensemble des conséquences de l’exposition au DES et que 40 % d’entre eux souhaitaient la mise en place d’une nouvelle campagne d’information.
Aussi, l’Afssaps a décidé d’actualiser la Mise au point et de renouveler la sensibilisation des
professionnels de santé sur les modalités de dépistage et de prise en charge de ces patients.

... 2011 Quels sont les risques de l'expostion in utero au DES

Le risque d’atteinte de l’appareil génital après exposition in utero est fonction essentiellement de la
période d’exposition au traitement plus que de sa durée ou des doses prescrites. La période à risque
identifiée est entre la 6ème à la 17ème semaine d’aménorrhée.

Les principales complications documentées sont :

Chez la fille :

l’adénocarcinome à cellules claires du vagin et du col de l’utérus dont la fréquence de survenue serait d’environ 1 cas pour mille patientes exposées in utero. L'âge des femmes chez lesquelles un adénocarcinome a été diagnostiqué, est compris entre 7 et 49 ans avec un âge moyen de 24,5 ans. La notification de cancers utéro-vaginaux chez la femme exposée in utero au DES a fortement diminué depuis 2005.
Cependant, il est important de maintenir une surveillance et de noter que la proportion des
localisations vaginales est en diminution au profit des localisations cervicales.

les anomalies structurales, morphologiques et fonctionnelles au niveau du vagin, du col et du
corps de l’utérus, des trompes, avec par ordre de fréquence :

adénose (ectopie cervico-vaginale de la muqueuse cylindrique) : présence en dehors de sa localisation normale de la muqueuse cylindrique du col utérin. Elle est observée chez environ 30 % des jeunes femmes exposées et asymptomatiques, et chez 60 % des jeunes femmes exposées et qui ont des signes cliniques d’appel. Généralement la guérison est spontanée. La lésion d’adénose est susceptible de saigner ou de s’infecter et peut être aggravée par des gestes abusifs sur le col (coagulation, cryothérapie et laser) ;
autres anomalies cervico-vaginales (20 % à 60 % des jeunes femmes exposées) : des anomalies structurales du col et du vagin peuvent être observées. La plus fréquente est l’hypoplasie du col utérin (absence ou diminution du relief du col, aspect en cimier de casque) ;
anomalies utérines : souvent associées aux anomalies précédentes avec par ordre de fréquence décroissante : utérus en forme de T et cavité utérine de petite taille, hypoplasie utérine (utérus petit dans sa globalité), rétrécissement de la cavité utérine (pseudosynéchies), strictions, diverticules de l’utérus ;
• anomalies des trompes : trompes grêles à la coelioscopie.

• Certaines de ces atteintes peuvent provoquer des problèmes de fertilité (présents chez environ une femme exposée sur trois) et des complications obstétricales :
• troubles de l’ovulation : des données non confirmées à ce jour font état d’un risque d’insuffisance ovarienne précoce,
• atteintes du col avec anomalies de la glaire cervicale rendant la pénétration des spermatozoïdes difficile,
• grossesses extra-utérines : le risque est multiplié par un facteur 5 à 10 selon les études par rapport à la population générale,
• fausses couches précoces (au 1er trimestre) : légèrement plus fréquentes que dans la population générale,
• fausses couches tardives à 15-24 semaines d’aménorrhée : particulièrement caractéristiques chez ces patientes, le risque est multiplié par un facteur 10 par rapport à la population générale,
• accouchements prématurés : liés aux anomalies de l’utérus,
• hémorragie à la délivrance : le risque est augmenté dans la population exposée au DES.

Il est à noter que le pourcentage d’accouchements à terme est de 84 % dans la population générale,
contre 50 % chez les femmes exposées au DES, et seulement 33 % chez les femmes exposées au
DES présentant une anomalie morphologique de l’appareil génital.

Pour la prise en charge et le traitement des anomalies de l’appareil génital de la femme exposée in utero au DES, ont été proposés notamment :
- l’hystéroplastie d’agrandissement dans le but d’améliorer la fertilité ou de réduire le risque de fausses couches à répétition : Cette intervention n’est pas pratiquée en première intention (recommandations ANAES 2003), car son efficacité et sa sécurité sont mal évaluées ;
- le cerclage en cas de haut risque de fausse couche tardive ou d’accouchement prématuré
(antécédent de ce type d’accident ou malformation de l’utérus ou du col telle qu’une hypoplasie)
est à envisager au cas par cas.


Chez le garçon :

Les atteintes de l’appareil uro-génital notamment kystes épididymaires, anomalies testiculaires à type d’hypotrophie testiculaire, de cryptorchidie, d’induration capsulaire et d’anomalie de position du méat urinaire (hypospadias) sont plus fréquentes chez les garçons exposés in utero au DES que dans la
population générale.


Au-delà des complications connues de l’exposition in utero :

Des données de la littérature ont alerté sur le risque de cancer du sein chez les filles exposées au DES in utero mais les résultats des études sont contradictoires

Une étude américaine suggère une augmentation du risque de cancer du sein chez les femmes de
plus de 40 ans exposées au DES in utero, avec une relation effet-dose. Cependant, une étude européenne récente ne met pas en évidence d’augmentation significative de ce risque.

Face à ces données contradictoires, l’Afssaps a demandé à un groupe d'experts épidémiologistes
d’analyser les données disponibles et de se prononcer sur la pertinence de mettre en place des mesures spécifiques de surveillance chez les femmes exposées in utero. Le bénéfice apporté par le dépistage par mammographie doit en effet être mis en balance avec le risque lié à l’exposition aux rayons X consécutif à la répétition des mammographies.

• Les associations de patients ont alerté sur la possible survenue de troubles psychiatriques à la post-adolescence mais l’étude mise en place par l’Afssaps n’a pas confirmé ce risque.

L’Afssaps a financé une étude mise en place en 2002 et coordonnée par l'Inserm, réalisée chez
1 352 mères de la cohorte E3N des femmes adhérentes à la MGEN, ayant été exposées au DES lors d’au moins une de leurs grossesses. Elle a comparé la survenue à l’âge adulte de troubles
psychiatriques graves et avérés (hospitalisation dans un service psychiatrique, suicide) parmi les
membres d’une même fratrie exposés et non exposés in utero au DES, aux progestatifs ou à d’autres
hormones. Les résultats de cette étude ne mettent pas en évidence d’association entre le risque de
survenue d’un trouble psychiatrique grave et l’exposition in utero au DES. Les mêmes résultats ont été observés pour les troubles psychiatriques définis au sens large du terme regroupant les troubles graves et avérés ainsi que les consultations pour motif psychiatrique.

Les résultats publiés récemment d’une étude conduite aux Etats-Unis dans la cohorte de la « Nurse Health Study » suggèrent une augmentation du risque de dépression lié à l’exposition in utero au DES mais l’existence de biais concernant notamment la méthode de recueil des informations sur l’exposition au DES et sur les troubles dépressifs limite la portée de ces résultats.
La préoccupation de certains patients sur ce sujet restant forte, l’Afssaps prévoit de procéder à la rentrée à une audition publique des associations et de leurs experts pour examiner à nouveau leurs données.

... 2011 Quels sont les risques chez les enfants de parents exposés in utero au DES ?

Les troubles observés chez les enfants de mères exposées in utero sont essentiellement liés aux
complications liées aux naissances prématurées.

Par ailleurs, quelques études épidémiologiques, notamment néerlandaises et françaises, ont fait état d’une augmentation du risque d’hypospadias chez les garçons de mères exposées in utero au DES
Aussi, une étude financée par l'Afssaps et coordonnée par des équipes de l'AP-HP (Assistance
Publique – Hôpitaux de Paris) et de l'Inserm est en cours sur l’ensemble des femmes exposées in
utero au DES et ayant donné naissance à un garçon entre 1996 et 2008, à la maternité Saint-Vincent
de Paul (Paris). Aujourd’hui, l’identification de cas d’hypospadias dans la 3ème génération de familles exposées au DES souligne la nécessité de maintenir la veille sur les risques multigénérationnels de malformations génito-urinaires.

A ce jour, il n’a pas été mis en évidence d’anomalie de l’appareil génital des filles de mères exposées in utero. Cependant, des études ultérieures sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

... 2011 Comment dépister une exposition au DES ?

Dans certains cas l’exposition au DES est connue de la mère et/ou de sa fille :

• Soit une femme signale avoir été traitée par DES au cours d’une ou plusieurs de ses grossesses
entre 1948 et 1977. Il est nécessaire de l’informer des conséquences possibles pour ses enfants et de lui conseiller de les orienter, en particulier s’il s’agit de filles, vers un spécialiste ayant l’habitude de ce type de prise en charge pour un suivi systématique.

• Soit une jeune femme, connaissant son exposition in utero au DES consulte pour un motif
gynécologique ou obstétrical. Il est nécessaire de l’informer des risques et de l’orienter vers un spécialiste ayant l’habitude de ce type de prise en charge pour mettre en place un suivi adapté.

Dans d’autres cas l’exposition n’est pas connue :

• Une certitude ou un faisceau d’arguments en faveur d’une exposition in utero pourront être établis sur les éléments suivants :
1) A l’interrogatoire, la notion d’antécédents maternels de fausse couche ou de difficultés
obstétricales chez toute patiente née entre les années 1948 et 1977,
2) A l’examen clinique, la découverte d’anomalies du col ou de l’utérus évocatrices d’une exposition au DES,
3) A l’hystérographie, la mise en évidence d’images évocatrices d’une exposition au DES

• De plus, chez toute femme née avant 1977, une exposition au DES devra être systématiquement
recherchée dans les situations cliniques suivantes :
- grossesse extra-utérine,
- avortements à répétition du 1er trimestre ou surtout avortements du 2ème trimestre,
- accouchement prématuré.

Si une exposition est suspectée la patiente sera dirigée vers un spécialiste ayant l’habitude de ce type de prise en charge.

... 2011 Quel suivi systématique mettre en place chez une femme exposée in utero au DES ?

Même en l’absence de tout symptôme, une consultation chez un gynécologue est indispensable
chaque année et devra comporter :

• un examen gynécologique à la recherche d’anomalies du vagin et de l’utérus,
• des frottis du vagin et du col,
• une colposcopie en fonction des résultats du frottis.

Des pertes de sang inexpliquées entre les règles doivent faire rapidement pratiquer un examen
gynécologique pour éliminer une complication du DES.

... 2011 Conduite à tenir en cas de problèmes de fertilité chez une jeune femme exposée au DES in utero

En cas de problème de fertilité, le bilan devra comporter un test de Hühner, pour juger de la qualité de la glaire cervicale, une hystérographie pour dépister une anomalie de la cavité utérine et des trompes et une échographie si possible couplée à un Doppler pour évaluer les indices de pulsatilité des artères utérines et donc les possibilités d’implantation de l’embryon.

Dans tous les cas, ce bilan est intégré au bilan plus général de la fertilité du couple.

... 2011 Quel suivi en cas de grossesse chez une jeune femme exposée au DES in utero ?

Toute grossesse chez une jeune femme exposée in utero au DES doit être considérée, a priori,
comme une grossesse à risque même si dans un grand nombre de cas, elle se déroule de façon tout à fait normale.

Il est recommandé d’informer ces femmes du risque accru de grossesse extra-utérine, d’avortements
précoces et tardifs et d’accouchement prématuré, souvent sans contractions ressenties.

Il convient donc de vérifier la situation intra-utérine de l’œuf et d’effectuer une surveillance bimensuelle du col.

Les mesures préventives : repos, réduction d’activité, arrêt de travail, suivi à domicile par une sage-femme, hospitalisation éventuelle, seront modulées en fonction des antécédents obstétricaux, des anomalies utérines éventuelles, de l’état du col et de son évolution.

En général, un repos précoce est recommandé car le risque de prématurité est du même ordre de
grandeur qu’en cas de grossesse gémellaire. Le repos constitue un des éléments essentiels de
prévention des fausses couches et de la prématurité.
L’assurance maladie a mis en place un congé maternité exceptionnel pour les grossesses liées à l’exposition au Distilbène®.

Un cerclage du col utérin peut être indiqué dans certains cas.

Courrier de l'AFSSAPS aux professionnels de Santé - nov. 2002

Fin 2002, l'AFSSAPS avait adressé un courrier adressé à l'ensemble des professionnels de santé concernés : gynécologues, gynécologues obstétriciens, généralistes.

Vous pouvez téléchargez le document complet en cliquant ici.

Vous pouvez également le lire ci-dessous :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé.


Saint-Denis, le 30 novembre 2002

Objet: Exposition in utero au diéthylstilboestrol (Distilbène®, Stilboestrol-Borne®) et risque de complications génitales et obstétricales

Madame, Monsieur,

Je souhaite aujourd'hui vous informer sur les complications génitales et obstétricales qui peuvent être observées chez les personnes qui ont été exposées au diéthylstilboestrol (D.E.S.) in utero en France entre 1948 et 1977. En effet, à ce jour il apparaît que seule une partie du corps médical connaît les risques d'une telle exposition.

Depuis 1970, date de la publication des premiers cas de cancer du vagin, d'autres atteintes ont été décrites, en particulier des anomalies du col utérin pouvant provoquer des problèmes de fertilité et des complications obstétricales. Ce problème reste d'actualité dans la mesure où les patientes exposées, âgées aujourd'hui de 25 à 52 ans, pourront pour les plus jeunes, être confrontées à ces complications, et ce potentiellement jusque dans les années 2015.

La mise au point ci-jointe rappelle les principaux risques de complications chez le garçon et la fille qui ont été exposés in utero,
vous informe sur le dépistage et vous conseille sur le suivi à mettre en place, en particulier au cours d'une grossesse chez une jeune femme exposée.

Je vous demande de prêter une attention particulière aux messages suivants :

- il est nécessaire de penser à une exposition in utero à l'interrogatoire chez toute femme née avant 1977, dans un contexte de troubles de la fertilité, d'antécédents d'avortements à répétition ou de grossesse extra-utérine, à l'examen clinique devant des lésions caractéristiques du vagin et/ou du col de l'utérus et à l'hystérographie devant des images
évocatrices à type d'utérus en T ou d'hypoplasie.

- une exposition au D.E.S. in utero doit être recherchée de façon systématique dans le cadre d'un bilan de fertilité, de grossesse extra-utérine, d'avortements à répétition du 1er trimestre ou surtout du 2ème trimestre et d'accouchement prématuré.

- en cas d'exposition connue ou de suspicion d'exposition la patiente sera alors dirigée vers une consultation spécialisée et un suivi adapté sera mis en place.

Ces recommandations sont le fruit d'un travail en partenariat avec l'Association Réseau DES France et les experts gynécologues, obstétriciens et pharmacovigilants. Je vous remercie d'y être attentif car elles sont le gage d'une meilleure prise en charge des patientes qui ont été exposées au D.E.S. in utero.

Par ailleurs, comme pour tout effet indésirable grave ou inattendu, je vous rappelle l'obligation pour les professionnels de santé de déclarer toute complication génitale ou obstétricale susceptible d'être liée à l'exposition au D.E.S. in utero auprès du Centre Régional de Pharmacovigilance dont vous dépendez.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de ma considération distinguée.

Le Directeur général
Philippe DUNETON

2002 Première mise au point sur le diéthylstilbestrol (D.E.S.) (Distilbène®, Stilboestrol-Borne®) et le risque de complications génitales et obstétricales

Le diéthylstilbestrol (D.E.S), oestrogène de synthèse non stéroïdien a été utilisé en France entre 1948 et 1977 chez les femmes enceintes pour prévenir les avortements spontanés et les hémorragies gravidiques. Il a été commercialisé en France à partir de 1948 sous les noms de spécialités Distilbène®, Stilboestrol-Borne®.

C'est aux USA en 1971 que les premiers cas de cancers du vagin chez des jeunes filles qui avaient été exposées in utero au D.E.S. ont attiré l'attention. Un des premiers cas français d'adénocarcinome vaginal chez une jeune fille
a été publié en 1975. En France, l'indication " avortements spontanés à répétition " a été supprimée en 1976 et la contre-indication d'utilisation chez la femme enceinte a été ajoutée en 1977.

Depuis, d'autres complications génitales et obstétricales de l'exposition au D.E.S. pendant la grossesse ont été observées chez les enfants exposés in utero et ont fait l'objet d'informations successives, notamment par la diffusion de brochures informatives destinées aux professionnels de santé puis au public.

Ce problème reste d'actualité et ce probablement pour plusieurs années encore. En effet, entre les années 1948 et 1976, environ 200 000 femmes ont été traitées par D.E.S. pendant leur grossesse en France. En tenant compte des avortements et de la mortalité fœtale et néonatale, le nombre d'enfants nés de ces grossesses est estimé à
160 000 (soit 80 000 filles et 80 000 garçons exposés in utero). Le pic de prescription est situé à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Les patients exposés in utero ont donc aujourd'hui un âge compris entre 25 ans et 52 ans. Les effets sur la 2ème génération en terme de conséquences obstétricales pourront donc être observés jusque dans les années 2015.

A ce jour il apparaît que seule une partie du corps médical connaît les conséquences de l'exposition in utero au D.E.S. C'est pourquoi l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) a décidé d'informer les professionnels de santé sur les modalités de dépistage et de prise en charge de ces patients. Cette mise au point a été préparée avec la coopération de l'Association Réseau D.E.S.France.

Actuellement le diéthylstilbestrol reste commercialisé sous le nom de Distilbène® dans l'indication de certaines pathologies prostatiques, uniquement.

Quels sont les risques de l'exposition in utero au D.E.S. ?
Le risque d'atteinte de l'appareil génital après exposition in utero est fonction essentiellement de la période d'exposition au traitement plus que de sa durée ou des doses prescrites. La période à risque serait située entre la 6ème à la 17ème semaine d'aménorrhée.

Quels risques chez le garçon exposé in utero ?
Les atteintes de l'appareil uro-génital notamment kystes épididymaires, anomalies testiculaires à type d'hypotrophie testiculaire, de cryptorchidie, d'induration capsulaire et d'anomalie de position du méat urinaire (hypospadias, épispadias) sont plus fréquentes chez les garçons exposés in utero au D.E.S. que dans la population générale.

Quels risques chez la fille exposée in utero ?
Les principales complications sont :

* l'adénocarcinome à cellules claires du vagin et du col de l'utérusdont la fréquence de survenue serait d'environ 1 cas pour mille patientes exposées in utero. Etant donné l'âge moyen de survenue de cette complication
(observée en moyenne à l'âge de 22 ans) et l'âge actuel des patientes exposées in utero, cette complication est maintenant exceptionnelle.

* les anomalies structurales, morphologiques et fonctionnelles au niveau du vagin, du col et du corps de l'utérus, des trompes, avec par ordre de fréquence :

- adénose (ectopies cervico-vaginales de la muqueuse cylindrique): présence en dehors de sa localisation normale de la muqueuse cylindrique du col utérin. Observée chez environ 30% des jeunes femmes exposées et asymptomatiques mais chez 60% des jeunes femmes exposées et qui ont des signes cliniques d'appel. Généralement la
guérison est spontanée. La lésion d'adénose est susceptible de saigner ou de s'infecter et peut être aggravée par des gestes abusifs sur le col (coagulation, cryothérapie et laser)

- autres anomalies cervico-vaginales (20% à 60% des jeunes femmes exposées) : des anomalies structurales du col et du vagin peuvent être observées. La plus fréquente est l'hypoplasie du col utérin (absence ou diminution
du relief du col, aspect en cimier de casque),

- anomalies utérines : souvent associées aux anomalies précédentes avec par ordre de fréquence décroissante : utérus en forme de T et cavité de petite taille, hypoplasie utérine (utérus petit dans sa globalité), rétrécissement
de la cavité (pseudosynéchies), strictions, diverticules de l'utérus,

Des gynécologues proposent aux patientes qui présentent un utérus de forme particulière une hystéroplastie d'agrandissement, geste chirurgical dont l'intérêt est en cours d'évaluation par l'Agence Nationale
d'Accréditation et d'Evaluation en Santé (ANAES).

- anomalies des trompes : trompes grêles à la coelioscopie.

* Certaines de ces atteintes peuvent provoquer des problèmes de fertilité (présents chez environ une femme sur 3) et des complications obstétricales :

- troubles de l'ovulation. Des données non confirmées à ce jour font état d'un risque d'insuffisance ovarienne pré-
coce,
- atteintes du col avec anomalies de la glaire cervicale rendant la pénétration des spermatozoïdes difficile,
- grossesse extra-utérine, risque multiplié par un facteur 6 par rapport à la population générale,
- fausses couches précoces, plus fréquentes que dans la population générale,
- fausses couches tardives à 17-22 semaines d'aménorrhée, particulièrement caractéristiques chez ces patientes,
- prématurité.

Comment dépister une exposition au DES ?

Dans certains cas l'exposition au D.E.S est connue de la mère et/ou de sa fille :

- soit une femme signale avoir été traitée par D.E.S. au cours d'une ou plusieurs de ses grossesses entre 1948 et 1977. Il est nécessaire de l'informer des conséquences possibles pour ses enfants et de lui conseiller de les orienter, en particulier s'il s'agit de filles, vers une consultation spécialisée pour un suivi systématique.

- soit une jeune femme, connaissant son exposition in utero au D.E.S. consulte pour un motif gynécologique ou obstétrical. Il est nécessaire de l'informer des risques et de l'orienter vers une consultation spécialisée pour mettre en place un suivi adapté.

Dans d'autres cas l'exposition n'est pas connue :

- une certitude ou un faisceau d'arguments en faveur d'une exposition in utero pourront être établis sur les éléments suivants :
> à l'interrogatoire, la notion d'antécédents maternels de fausse couche ou de difficultés obstétricales chez toute patiente née entre les années 1948 et 1977,
> à l'examen clinique, la découverte d'anomalies du col ou de l'utérus évocatrices d'une exposition,
> à l'hystérographie, la mise en évidence d'images évocatrices d'une exposition.

- de plus, chez toute femme née avant 1977, une exposition au D.E.S. devra être systématiquement recherchée dans les situations cliniques suivantes :
> bilan de fertilité,
> grossesse extra-utérine,
> avortements à répétition du 1er trimestre ou surtout du 2ème trimestre,
> accouchement prématuré.
Si une exposition est suspectée la patiente sera dirigée vers une consultation spécialisée.

Quel suivi systématique mettre en place chez une femme exposée au DES in utero ?

Même en l'absence de tout symptôme, une consultation chez un gynécologue est indispensable chaque année et devra comporter :
> un examen gynécologique à la recherche d'anomalies du vagin et de l'utérus,
> des frottis du vagin et du col,
> une colposcopie en fonction des résultats du frottis.

Des pertes de sang inexpliquées entre les règles doivent faire rapidement pratiquer un examen gynécologique pour éliminer une complication du D.E.S.


Conduite à tenir en cas de problème de fertilité chez une jeune femme exposée au DES in utero

En cas de problème de fertilité, le bilan devra comporter un test de Hühner, pour juger de la qualité de la glaire cervicale, une hystérographie pour dépister une anomalie de la cavité utérine et des trompes et une échographie si possible couplée à un doppler pour évaluer les indices de pulsatilité des artères utérines et donc les possibilités d'implantation de l'embryon.

Dans tous les cas, ce bilan est intégré au bilan plus général de la fertilité du couple.

Quel suivi en cas de grossesse chez une jeune femme exposée au D.E.S. in utero ?

Toute grossesse chez une jeune femme exposée in utero au D.E.S. doit être considérée, a priori, comme une grossesse à risque. Cependant, dans une grande proportion de cas, elle se déroule de façon tout à fait normale.
Il est recommandé d'informer ces femmes du risque accru de grossesse extra-utérine, d'avortements précoces et tardifs et d'accouchement prématuré, souvent sans contractions ressenties.
Il convient donc de vérifier la situation intra-utérine de l'œuf et d'effectuer une surveillance bimensuelle du col.

Les mesures préventives précoces : repos, réduction d'activité, arrêt de travail, suivi à domicile par une sage-femme, hospitalisation éventuelle, seront modulées en fonction des antécédents obstétricaux, des anomalies uté-
rines éventuelles, de l'état du col et de son évolution.

En général, un repos précoce est recommandé car le risque de prématurité est du même ordre de grandeur qu'en cas de grossesse gémellaire. Le repos constitue un des éléments essentiels de prévention des fausses couches et de la prématurité.

Un cerclage du col utérin peut être indiqué dans certains cas.

Ce qu'il faut retenir

Nécessité d'informer les femmes qui peuvent être concernées soit en raison d'un traitement pendant leur grossesse ou d'une exposition in utero au D.E.S.

Penser à une exposition in utero :
- à l'interrogatoire chez toute femme née avant 1977, dans un contexte de troubles de la fertilité, d'antécédents d'avortements à répétition ou de grossesse extra-utérine,
- à l'examen clinique devant des lésions caractéristiques du vagin et/ou du col de l'utérus,
- à l'hystérographie devant des images évocatrices à type d'utérus en T ou d'hypoplasie.

Rechercher de façon systématique une exposition au D.E.S. in utero dans les situations cliniques suivantes : bilan de fertilité, grossesse extra-utérine, avortements à répétition du 1er trimestre ou surtout du 2ème trimestre, accouchement prématuré.

Diriger la patiente vers une consultation spécialisée et mettre en place un suivi adapté en cas d'exposition connue ou de suspicion d'exposition.

Considérer a priori la grossesse chez une femme qui a été exposée au D.E.S. in utero comme une grossesse à risque.

COMMUNIQUE DE PRESSE de l'AFSSAPS

16 janvier 2003

Lettre aux prescripteurs du 30/11/2002 :
diéthylstilbestrol et risque de complications génitales et obstétricales.

Le D.E.S. ou diéthylstilbestrol (Distilbène®, Stilboestrol-Borne®) est une hormone de synthèse prescrite aux femmes en France entre 1950 et 1977 pendant leur grossesse pour prévenir les fausses couches, les risques de prématurité et traiter les hémorragies gravidiques.

Il a été clairement établi que le D.E.S. est nocif pour les enfants qui ont été exposés in utero et surtout pour les filles :

* chez la femme, le diéthylstilbestrol est responsable de malformations de l’appareil génital de l’utérus ou du vagin (utérus en T ou en Y, adénose vaginale…) qui peuvent provoquer des problèmes de fertilité ou des difficultés à mener une grossesse à terme (grossesses extra-utérines, fausses couches, grande prématurité ...). Ces femmes ont également plus de risque de développer certains cancers, tel que l’adénocarcinome à cellules claires du vagin ou du col de l’utérus,
* chez l’homme, le diéthylstilbestrol est à l'origine d'anomalies de l’appareil uro-génital telles que kyste de l'épididyme et cryptorchidie.

Au total, 160 000 enfants ont été exposés au D.E.S. en France entre 1950 et 1977, avec un pic de prescriptions autour des années 1970. Les patients exposés in utero ont donc aujourd’hui entre 25 et 52 ans. Les conséquences obstétricales sur la 2ème génération pourront ainsi être observées jusqu’en 2015.

Ces données ont déjà fait l’objet d’informations auprès des médecins concernés en 1989 et 1992. Toutefois, il apparaît que les conséquences de cette exposition demeurent encore méconnues par une partie du corps médical.

C’est pourquoi, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) vient de diffuser aux professionnels de santé concernés (gynécologues, gynécologues obstétriciens, généralistes) une mise au point sur les risques de complications chez les enfants exposés in utero, sur le dépistage et le suivi, en particulier chez toute jeune femme dont la mère a été traitée par diéthylstilbestrol lors de sa grossesse. Ces recommandations ont été élaborées en partenariat avec l’Association Réseau DES France, les experts gynécologues, obstétriciens et le réseau des 31 centres régionaux de pharmacovigilance.