Identifiant ou mot de passe oublié ?

L'actualité de l'association

Alors que les laboratoires pharmaceutiques communiquent pour améliorer leur image, des chercheurs dénoncent « une attitude 'négationniste' » d'UCB Pharma pour les effets indésirables du Distilbène (DES).

Actualité du 28/09/2017

Cette hormone de synthèse, prescrite inutilement aux femmes enceintes jusqu'en 1977, nuit à trois générations. Depuis 2013, l'Etude Distilbène 3 Générations, initiée par l'association Réseau D.E.S. France, a connu un succès exceptionnel : plus de 10 000 questionnaires ont été complétés. Alors qu'un 3ème article scientifique analysant ces données a été publié récemment, les chercheurs répondent de manière acerbe aux critiques d'UCB Pharma, principale firme distributrice du médicament en France. Dans ce contexte, la campagne de communication lancée ces jours-ci ne pouvait que nous faire réagir.

Septembre : au sommaire de la revue Thérapie,
les premiers échanges entre UCB Pharma et les chercheurs


Suite à la publication dans Thérapie d'un premier article, sur les risques de cancers pour les femmes exposées in utero au DES (" filles DES ") [1], UCB Pharma a réagi [2]. Les arguments avancés sont d'ordre scientifique, tout comme la réponse des chercheurs, parus dans le n° de septembre de la revue Thérapie [3].

Un deuxième article [4] consacré aux effets indésirables chez les " petits-enfants DES ", la 3ème génération touchée par ce perturbateur endocrinien, prescrit à leurs grand-mères, a déclenché une nouvelle réaction du laboratoire. Leur critique comporte notamment :
- une sélection partiale de la littérature, en gardant seulement les études allant dans leur sens,
- une argumentation basée sur l'épilepsie, se trompant ainsi quant au sujet traité dans l'article. La firme confond deux termes anglais : " cerebral palsy " (Infirmité Motrice Cérébrale, en français) avec " epilepsy ". Une telle erreur ne pouvait que stupéfier l'équipe scientifique.

En conséquence, fait inhabituel dans le monde scientifique, les chercheurs apportent une réponse cinglante  à la lettre adressée par UCB Pharma [5] : " un parfait exemple d'incompétence et de publication ni scientifique, ni éthique " [6]. APMnews a relaté ces échanges dans une dépêche : " Le laboratoire continue d'avoir avec un tel courrier "une attitude 'négationniste' pour les effets indésirables [de Distilbène*] en dépit de ce qui est rapporté dans des milliers de publications. " [7].

Etude Distilbène 3 générations : une nouvelle publication, sur les effets psychologiques de l'exposition in utero au DES

Les données recueillies en 2013 ont permis au Pr Hélène Verdoux de comparer des informations communiquées par 2566 femmes exposées in utero à celles de 2967 femmes non exposées (groupe " témoin "). Cette comparaison montre qu’une femme sur 4 (26%) exposée in utero au DES a déjà consulté un psychologue ou un psychiatre, cette fréquence étant significativement plus élevée que chez les femmes " témoins " (16%). Ces résultats sont publiés dans la revue américaine Archives of women's mental health [8].

La quantité et la qualité des données recueillies en 2013 est telle que les chercheurs en poursuivent l'analyse.


Merci à APMnews de nous avoir donné l'autorisation de diffuser sa dépêche, jointe au dossier de presse.

Références
[1] Tournaire M, Devouche E, Espié M et coll. Cancer risk in women exposed to diethylstilbestrol in utero. Thérapie. 2015;70:433-441. https://doi.org/10.2515/therapie/2015030


Publiés dans le numéro de Septembre de la revue Thérapie :
[2] Czarlewski W. Letter to the editor concerning the cancer risk in women exposed to diethylstilbestrol in utero. Therapie. 2017;72: 513-514. https://doi.org/10.1016/j.therap.2016.09.002

[3] Tournaire M, Devouche É, Epelboin S. Answer to UCB letter to the editor concerning "cancer risk in women exposed to diethylstilbestrol in utero". Therapie. 2017;72: 514-515.
https://doi.org/10.1016/j.therap.2016.09.003


[4] Tournaire M, Epelboin S, Devouche E et coll. Adverse health effects in children of women exposed in utero to diethylstilbestrol (DES). Therapie. 2016;71:395-404. https://doi.org/10.1016/j.therap.2016.01.006



[5] Czarlewski W. Letter to the editor concerning the adverse health effects in children exposed in utero to diethylstilbestrol Therapie. 2017 Jul 18. https://doi.org/10.1016/j.therap.2017.06.001 [Epub ahead of print]

[6] Tournaire M, Devouche E, Epelboin S. Answer to UCB letter to the editor concerning "Adverse health effects in children of women exposed in utero to diethylstilbestrol (DES)". Therapie. 2017 Jul 18.
https://doi.org/10.1016/j.therap.2017.07.001 [Epub ahead of print]

[7] " Des chercheurs dénoncent les commentaires d'UCB sur leurs travaux " (APMNews, 9 août 2017) : http://www.des-france.org/documents/des_ucb(1)-1.pdf


[8] Verdoux H, Devouche E, Tournaire M et coll. Impact of prenatal exposure to diethylstilbestrol (DES) on psychological outcome: a national survey of DES daughters and unexposed controls. Arch Womens Ment Health. 2017;20:389-395 https://doi.org/10.1007/s00737-016-0711-8